Bulles Jaunes

« En novembre, j’ai commencé à recueillir les témoignages de différentes personnes de mon entourage, qui avaient endossé leur gilet jaune. Certaines l’ont porté une journée. D’autres le portent depuis plus de trois mois maintenant, sur les ronds points, dans les manifs. Chacune pour des raisons différentes.

J’avais commencé à retranscrire leurs paroles en bande dessinée. Un peu à l’arrache. Dans la précipitation. Parce que je sentais que quelque chose était en train de se passer. Et que j’avais besoin de faire quelque chose, à mon échelle.
L’Histoire est faite de petites histoires. Et je voulais raconter celles des gens que je connaissais.
Je voulais saisir leur colère, leurs espoirs, leurs doutes, à ce moment précis de l’Histoire, et de leur vie. Parce que leur colère, leurs doutes et leurs espoirs, c’étaient aussi les miens.

Au début, ça paraissait simple.

Et puis, les choses sont devenues un peu plus compliquées par la suite.

La violence a fait son entrée.

La répression.

On frappait, on mutilait les miens. Et tout le monde avait l’air de trouver cela normal.

Alors j’ai continué. Plus que jamais, il fallait que je continue à les faire témoigner. J’ai fini par aller à la rencontre de ceux que je ne connaissais pas.

A présent, j’essaye de porter leur histoire et leur message, en espérant qu’il permettra à d’autres de mieux les comprendre.

Ces personnes ne sont représentatives que d’elles-mêmes. Parmi elles, il y a des personnes avec qui j’ai grandi. Et d’autres que je n’aurais jamais croisées dans un autre contexte.

Parmi elles, il y a des précaires, des salariés, des fonctionnaires, des retraités. Il y a des gens qui se battent pour eux-mêmes, et puis il y a ceux qui sont là pour les autres. Qui ne sont pas concernés directement, mais qui sont solidaires.

Certains jugent sans connaître. Moi j’ai décidé d’apprendre à connaître, sans juger.

Je ne suis ni journaliste, ni sociologue. Ni intellectuelle, ni militante.

Ma démarche n’est pas de commenter, d’analyser, ni de juger les propos rapportés.

J’écoute et je recueille des témoignages, que je dessine, en les replaçant dans un contexte si nécessaire. Je laisse le soin au lecteur de se faire sa propre opinion.

J’écoute, mais mon écoute n’est pas objective. Car ce gilet jaune, je l’ai porté plusieurs fois, à titre personnel.

Parce que je me reconnais dans ce mouvement, dans ces personnes si longtemps murées dans leur silence et leur résignation. Et qui se sont réveillées, soudainement, au moment où on s’y attendait le moins.

La création de ce site est aussi née d’une colère. Face à la représentation qui est faite de ce mouvement dans la plupart des médias, face au mépris des commentateurs de studios climatisés, des politiques, et de tous ceux qui ne sont pas nés sous la même étoile que nous.

C’est un peu brut parfois, pas toujours fignolé. Bref, c’est fait dans l’urgence.

Mais il fallait que ce soit fait. Et que ce soit fait maintenant. »

Par Bulles Jaunes
La suite à découvrir sur :https://bullesjaunes.wordpress.com/
https://www.facebook.com/Bulles-Jaunes-491493884713886/